Recherche la France soffre un nouveau supercalculateur

first_imgRecherche : la France s’offre un nouveau supercalculateurFrance – La France s’apprête à acquérir un nouveau supercalculateur, annonce le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Suite à un appel d’offres, c’est le groupe informatique français Bull qui a signé un contrat avec la société civile Genci, pour développer l’un des supercalculateurs les plus puissants au monde.Bull travaille sur un supercalculateur d’une puissance de 1,6 Petaflop (1 Petaflop équivaut à 1000 Teraflops, soit un million de milliards d’opérations de calcul par seconde). Il sera installé dans les locaux du Très grand centre de calcul (TGCC), construit par le CEA dans l’Essonne, à Bruyères-le-Châtel. Si ce supercalcuteur était déjà opérationnel, il se classerait “comme le plus puissant supercalculateur européen et parmi les trois plus puissants supercalculateurs au monde”, a souligné Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.Une puissance de calcul multipliée par 30La nouvelle machine permettra d’accroître à nouveau la puissance de calcul disponible pour les applications civiles en France. Une puissance qui atteindra en 2011 2,2 Petaflops. Le supercalculateur sera mis en place en deux phases : la première d’ici la fin de l’année et la seconde, en octobre 2011.Pour développer cette machine, Bull a signé un contrat avec Genci (Grand équipement national de calcul intensif).De 2007 à 2009, la puissance de calcul pour la recherche publique française a été multipliée par 30, passant de 20 à 600 Teraflops. Une augmentation rendue possible grâce à l’important financement du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a investi plus de 80 millions d’euros sur trois ans.Le 18 septembre 2010 à 17:13 • Emmanuel Perrinlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *